D’après toi, quel est son moment préféré de la semaine ?

Dans une publication Facebook, Fred a mentionné combien il était béni de s’impliquer auprès du ministère jeunesse. Son texte était inspirant et on a eu le désir de lui poser quelques questions. Fred était le coordonnateur de Mouvement Jeunesse été 2019.

Dans notre culture d’athées individualistes, mon moment préféré de la semaine est d’enseigner à la jeunesse de mon Église la grandeur de mon Dieu. Cette photo représente la joie que me procure cette implication. J’y apprends à être de plus en plus amoureux de Dieu et des gens, à être heureux autant quand tout va bien que quand ça ne va pas comme j’aimerais, à être en paix quand je n’ai pas le contrôle sur le choix des autres, à être patient quand j’aimerais aller plus vite, à être bon même quand je ou les autres ne le méritent pas, à être bienveillant dans mon écoute, à avoir la foi quand j’en manque, à être doux quand j’aimerais être plus rude, à être persévérant quand je dois travailler dans mes faiblesses et à me maîtriser quand je manque de sagesse. J’aime mon Église et j’aime être avec cette jeunesse qui m’enseigne plus que je ne leur enseigne. Un gros merci à Dieu pour cette joie 😁❤ – à Église Évangélique d’Aujourd’hui.

Pourquoi t’impliques- tu à la jeunesse ?

Souvent, on peut oublier les raisons qui nous poussent à nous impliquer dans un ministère, donc j’aime cette question. Je m’implique parce que j’ai vraiment à cœur de voir la prochaine génération se lever pour assister à un réveil spirituel au Québec. J’étudie en intervention en délinquance au cégep et en théologie à SEMBEQ dans le seul but d’être un pasteur-missionnaire ici au Québec. J’ai vraiment un cœur pour la jeunesse, d’où mon implication à la jeunesse de mon Église, dans une équipe de soccer intérieur dans une école secondaire et dans le projet d’été de Mouvement Jeunesse. En gros, je m’implique parce que j’aime Dieu et qu’il a mis en moi un fardeau pour la jeunesse, mais surtout un fardeau pour la mission au Québec. Je peux donc dire que de participer à l’avancement du royaume de Dieu à travers la jeunesse de mon Église locale me procure beaucoup de joie et me prépare vraiment pour un ministère de plus grande envergure, soit le ministère pastoral.

Que penses-tu de l’idée que «donner c’est aussi recevoir» ? En d’autres mots, qu’est-ce que cela t’apporte de t’impliquer auprès des jeunes ? En quoi le fait de les côtoyer t’aide-t-il à évoluer aussi ?

En fait, Dieu a tellement donné par amour pour nous en donnant Christ que la seule chose que je veux faire c’est donner à mon tour. En réalité, mon implication à la jeunesse ne vient pas avec un désir de donner pour que les jeunes me donnent ensuite. J’en serais franchement déçu. Il m’arrive parfois de penser comme ça et je me retrouve déçu, évidemment. Quand j’investis temps et argent dans la vie de chacun des adolescents et jeunes adultes de mon Église, c’est en réalité juste les fruits de l’Évangile que je crois et que je veux vivre.

« Quand j’investis temps et argent dans la vie de chacun des adolescents et jeunes adultes de mon Église, c’est en réalité juste les fruits de l’Évangile que je crois et que je veux vivre. »

Alors, quand je passe du temps à préparer mes enseignements, à demander conseil à un pasteur pour une situation, à assister à un camp de neige, à faire des jeux, à être présent fidèlement tous les vendredis soirs, à prier pour la jeunesse de l’Église Évangélique d’Aujourd’hui, je peux dire que Dieu travaille en moi le fruit de l’Esprit décrit dans Galates 5.22. Dieu sait que j’ai des lacunes à beaucoup d’endroits, mais à travers ce ministère, il utilise les jeunes qu’il a souverainement placés à Bécancour pour m’instruire et me former pour son œuvre.

Selon toi, quelles devraient être les motivations de quelqu’un qui s’implique auprès de la jeunesse ?

Selon moi, la motivation principale d’une personne voulant s’investir à la jeunesse est de vouloir servir Dieu à partir de l’Église locale en désirant soi-même vivre la mission. Elle a été confiée aux apôtres puis à l’Église. Cette mission, c’est de faire des disciples de Jésus-Christ.

« Que l’on veuille s’impliquer en tant que leader jeunesse, responsable d’un groupe collège-carrière, moniteur de cabine dans un camp ou peu importe la formule, on doit vouloir être et vivre comme un disciple de Jésus-Christ ».

Il faut aussi prier que les jeunes fassent mieux que nous-mêmes. J’ai 22 ans et la seule chose que je désire, c’est que ces ados deviennent des jeunes adultes meilleurs dans leur marche de disciple que je ne le serai jamais. C’est à partir de l’Église locale que l’on forme des disciples de Christ. Le ministère de la jeunesse d’une Église locale est important puisque les ados n’attendent que de voir des personnes qui ont une foi authentique s’investir dans leur vie. Ils ont besoin de voir comment être des disciples de Christ par l’exemple de quelqu’un de plus âgé qui leur montre tout ce que Dieu a prescrit. C’est ça que Matthieu Gauthier et d’autres ont fait dans mon cas. C’est maintenant ce que je fais et je prie que d’autres le fassent par amour pour Dieu.