Article tiré de :
wwww.saturatetheworld.com

Bien que les vacances puissent être une saison très chargée, elles sont également particulièrement propices à des opportunités missionnaires et communautaires.

Et si cette année, vous aviez intentionnellement élaboré un plan au sein de votre communauté pour développer votre amour collectif les uns pour les autres, votre amour pour les voisins et votre amour pour Dieu jusqu’à Noël?

Que se passerait-il si vous déplaciez certaines des choses que vous faites toujours pour faire de la place pour enseigner à vos enfants l’histoire pleine d’espoir de l’Avent et servir vos voisins avec l’amour incarné de Jésus.

Le blogue de Saturate nous rapporte l’histoire inspirante d’un groupe de quartier qui a relevé ce défi.

Les dessous de la stratégie d’une communauté missionnelle

Par Brad Watson

Je crois que même le processus en soi de réfléchir ensemble à la façon de grandir dans notre amour envers Dieu, les uns envers les autres, et envers nos voisins est formateur pour nous qui voulons être dirigés par l’Esprit en tant que disciples de Jésus dans la vie quotidienne.

Hésitant à interrompre la joie qui régnait à une table surchargée de poulet frit, de pommes de terre en purée et de rires bruyants, j’ai demandé à mes convives ce que nous pourrions partager avec d’autres, autre que notre amour évident pour les glucides en cette période des fêtes. Comme notre groupe est composé d’étudiants, de familles et de personnes seules (avec et sans emploi), ce n’est pas toujours facile de se réunir pour être en mission ensemble dans la vie quotidienne, mais la période des fêtes nous offre l’opportunité unique d’unir nos forces en tant que famille de disciples. Nous nous sommes inspirés des questions et des suggestions de base de l’article de Saturate « Comment élaborer un plan pour les fêtes », pour nous aider dans notre préparation à répandre la joie de Jésus ensemble. J’ai posé les questions ci‑dessous, attendu les réponses, offert des recommandations, puis nous avons démêlé tout cela ensemble ! Nous avons terminé par une prière dans laquelle nous avons confié notre plan à l’Esprit.

De quelle façon allons‑nous nous aimer les uns les autres en cette période des fêtes ?

Nous aimons faire la fête, alors quelqu’un a rapidement suggéré que nous organisions une fête de Noël pour notre communauté missionnelle. Nous avions déjà parlé des jeux insolites auxquels nous avions participé dans nos groupes de jeunes, alors nos plans se sont vite transformés en soirée amusante « de jeux insolites de groupes de jeunes avec de la pizza, des brownies, une drôle de tenue de Noël, et un cadeau à 5 $ » ! Nous avons comparé nos emplois du temps, établi l’endroit et l’heure, et trouvé des personnes qui allaient s’occuper des « jeux » et du « repas ».

Nous avons aussi suggéré à nos petits groupes de profiter de la portion « encouragement » de leur temps ensemble pour partager leurs craintes et leurs espoirs par rapport à cette période des fêtes, expliquer comment ces sentiments jaillissent de leur cœur et raconter des histoires.

Comment allons‑nous aimer les autres en cette période des fêtes ?

Nous avons convenu que notre fête de Noël était aussi une opportunité inouïe pour démontrer de l’amour aux personnes faisant partie de notre quotidien et de nos missions communes. Nous avons donc encouragé chaque personne à inviter quelqu’un avec qui elle aimerait approfondir sa relation dans ces domaines de sa vie.

Deux missions communes sont sorties du lot et nous avons prévu de nous y impliquer. 1) Aider le Boys and Girls club de notre mission commune de quartier à organiser leur fête de Noël. 2) Faire équipe avec l’association de la chorale ambulante de Noël du quartier. Nous avons noté les dates, les heures et les informations que nous avions et avons déterminé qui allait nous mettre à jour et nous rappeler les détails importants.

Comment allons‑nous grandir dans notre amour pour Dieu en cette période des fêtes ?

Nous avons partagé quels étaient les bénéfices de suivre un plan de l’avent personnel ou familial et avons parlé des ressources existantes. Une famille qui fait un « arbre de Noël de Jésus » a offert d’aider d’autres personnes intéressées par cette tradition à conduire leurs enfants dans une exploration quotidienne de la personne et de l’œuvre de Jésus.

De plus, un de nos étudiants s’est porté volontaire pour publier quotidiennement un message sur groupme, le média social qu’utilise notre communauté missionnelle, dans lequel il explique de quelles façons particulières nous pouvons porter nos regards sur Dieu, sur notre âme et sur les autres en décembre.

Pour terminer, nous avons reconnu que cette période de l’année peut devenir très chargée et rapidement stressante, et nous laisser davantage dans un état de confusion que dans un état de sérénité. Nous nous sommes donc exhortés à mettre de côté au moins une période (de 2 à 4 heures) pour expérimenter la solitude, le silence et le calme en présence du Seigneur.

Nous avons ensuite demandé à Dieu de se glorifier et de faire du bien à notre ville par ces projets.

Comme vous le savez, une telle planification n’est pas aussi simple qu’un article de blogue le laisse paraître. Les gens allaient et venaient. Certaines idées ont été rejetées, et certaines ne se passeront pas comme nous l’avions prévu. Pourtant, je crois que même le processus en soi de réfléchir ensemble à la façon de grandir dans notre amour envers Dieu, les uns envers les autres, et envers nos voisins est formateur pour nous qui voulons être dirigés par l’Esprit en tant que disciples de Jésus dans la vie quotidienne.

Merci, Saturate, d’avoir aidé la Matthew’s Table Church à équiper ses membres à soumettre de plus en plus leur vie à Jésus en tant que roi.

 

Quels moyens votre communauté s’est‑elle donnée pour grandir dans son amour envers ses voisins en cette période de l’Avent ?