John Barnard

Responsable des programmes de l’École de langue MQ & professeur de français

Qui suis-je

Je m’appelle John William Barnard et ma femme est Kimmie. Nous venons de la Floride ; nous nous sommes rencontrés en 2014 et nous sommes mariés en 2016. Quelques mois plus tard, nous sommes déménagés au New Hampshire pour que je puisse faire une maîtrise en linguistique.

En 2013, j’ai essayé de trouver un emploi au Québec, mais sans succès. Je suis donc retourné en Floride, découragé et confus, parce que j’étais certain que Dieu voulait que j’y sois missionnaire. Au même moment, Kimmie y était aussi retournée depuis Atlanta pour occuper un poste d’enseignante de français. Je travaillais comme enseignant d’anglais à l’université locale. Ni elle ni moi ne savions pourquoi nous étions de nouveau dans la ville où nous avions grandi. Mais nous nous sommes rencontrés cet automne-là par l’entremise de nos soeurs. Ce qui me semblait d’abord être une grande déception était devenu une très grande bénédiction, parce que je savais que Dieu m’avait enfin donné ma partenaire pour le champ missionnaire.

Quelques mois après s’être mariés, nous sommes allés au New Hampshire. J’avais postulé à plusieurs universités ailleurs aux États-Unis, mais Dieu a confirmé qu’il voulait que nous soyons ses missionnaires au Québec en nous donnant une bourse scolaire complète à l’Université du New Hampshire, sans qu’on ne la demande. Nous avons pu faire des voyages réguliers au Québec pour adorer Jésus avec des chrétiens québécois et participer à des projets missionnaires.

Mon appel

Une fois arrivés au New Hampshire, nous savions que nous étions là où Dieu nous voulait avant notre venue au Québec. Toutefois, nous ne savions pas comment nous étions censés y arriver depuis le New Hampshire. Dieu m’a fourni la réponse d’une façon inattendue quand, quelques jours après avoir obtenu mon diplôme, j’ai été frappé d’une crise épileptique. Cela m’a forcé à travailler en tant qu’assistant pour ma femme plutôt que d’aller chercher un travail dans une école dans la région. Ensemble, nous avons totalement reconstruit le programme de français à l’école où elle travaille, ce qui nous a donné de l’expérience dans la gestion d’une école de langue. Pendant cette période, notre ami, Pat Auger, nous a présenté au président de SEMBEQ, François Turcotte. Nous lui avons partagé notre plan pour une école de langue française, et nous avons tous décidé d’aller de l’avant. Nous prions et travaillons actuellement à mettre sur pied une école d’immersion française qui aidera des chrétiens à aller partout dans le monde parler de Jésus aux autres dans leur propre langue.

Mon rôle dans MQ et SEMBEQ est de diriger son école de langue en développant et en enseignant des cours de français aux missionnaires et aux étudiants en théologie. L’objectif de notre école est de préparer des chrétiens à s’impliquer d’une façon active dans le monde francophone, pour le royaume de Christ.

Mon objectif est de former et d’envoyer des chrétiens partout dans le monde francophone pour aimer les autres dans leur propre langue. Ma vision est d’établir une école qui offre des cours de français correspondant aux besoins des missionnaires, des étudiants et des chrétiens qui veulent aller dans des régions francophones. Pour le moment, je suis le seul à développer le curriculum, à concevoir les programmes et à les enseigner. Toutefois, au fur et à mesure que notre rêve se réalise, j’espère recruter d’autres enseignants qui pourront enseigner cette langue de mission aux étudiants d’une école grandissante. Nous espérons établir un campus à Montréal pour les chrétiens qui veulent y vivre et un autre à Trois-Rivières pour ceux qui veulent étudier la théologie ou partir en mission.

Tu peux prendre part à son histoire

Faire un don